Sicile, vivre dans la mémoire des civilisations – ITALIE

0
Prix
Ce voyage n'est pas disponible actuellement.

Réserver

Enregistrer dans la liste d'envies

Vous devez avoir un compte pour pouvoir ajouter un élément à la liste d'envies

593
  • Pourquoi voyager avec nous ?

     
  • Nos intervenants sont des spécialistes
  • Découverte de nouveaux horizons spirituels
  • Une expérience humaine unique
  • Nos voyages sont fiables et sécurisés
Calculateur carbone Voyage Sans Écran

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre e-mail :

Une question ?

Consultez notre rubrique « Questions Fréquentes » ou n’hésitez pas à nous appeler, notre équipe d’experts sera ravie de vous aider.

Questions fréquentes

+ 33 (0)5 57 97 30 82

contact@voyages-interieurs.com

Ce voyage a été réalisé en 2017

Retrouvez Marie Morand et son actualité

Les autres voyages intérieurs qui pourraient vous intéresser

 


 

Vivre dans la mémoire des civilisations

Phénicienne, grecque, carthaginoise, romaine, byzantine, arabe, normande, angevine, espagnole, italienne enfin, et pourtant jamais domptée. « Sans la Sicile, l’Italie ne laisse à l’âme aucune image synthétique. Là seulement est la clé de tout. (Italien ohne Sizilien macht gar kein Bild in der Seele : hier ist erst der Schlüssel zu allem)» résumera Goethe à Palerme, à la fin de son Grand Tour de l786-87.

Une île choisie par Zeus pour y garder Typhon, l’éternel et indispensable mauvais garçon qui relance la vie dans le cosmos depuis sa caverne de l’Etna. Un pont toujours actif entre l’Afrique et l’Europe, l’Orient et l’Occident. Un rare et savoureux concentré de ce qui fait l’Europe depuis deux millénaires, dans un paysage qui alterne les déserts à western spaghetti, les orangeraies andalouses, les théâtraux promontoires templés grecs, les palmeraies égyptiennes, les villages nids d’aigle arabo-provençaux, les coupoles stambouliotes et je m’arrête là parce que la Sicile pratique admirablement l’esquive à toute tentative, même amoureuse, de conceptualisation.

 

Ce que vous avez aimé dans cette Aventure du beau :

– Une approche sensible et en profondeur
– Des oeuvres et des sites choisis pour leur exceptionnelle capacité d’incarnation
– Une chance d’oser votre propre expérience de la beauté

Présentation de Marie de Morand

marie-morand-intervenant-voyages-interieurs

Historienne de l’art, formée à l’Université de Lausanne (Suisse), puis à l’Institut Longhi et au Musée Pitti à Florence (Italie).
Marie Morand est Directrice des Musées cantonaux du Valais à Sion de 1984 à 2013.
Voyageuse curieuse et passionnée, grande connaisseuse de l’italie et de l’art occidental, elle crée en 2012 avec Guillaume Dubois la ligne de voyages l’Aventure du beau pour ceux qui souhaitent voir le monde de l’art autrement.

Voir la présentation détaillée de Marie de Morand

Carte

Programme

Samedi 7 octobre: Ségeste, du comptoir phénicien au théâtre grec
Vol par vos soins, rendez vous à 11h30 à Palermo à l’aéroport Falcone-Borsellino qui porte le nom de deux célèbres juges anti-mafia assassinés dans les années 80-90.

A 55 km de là, la terrasse montagneuse phénicienne puis grecque de Segesta, VIe siècle avant J-C. Une vue imprenable sur la côte ouest de la Grande Ile que les architectes grecs n’ont pas manquée en y installant un merveilleux petit théâtre dont nous profiterons pour commencer notre Aventure du beau.
Déjeuner sur place puis reprendre la route afin d’ arriver en fin d’après-midi à Agrigento. Installation et dîner à l’hôtel, que nous avons choisi au coeur du site, dans une villa qui fut autrefois la maison des archéologues.

Dimanche 8 octobre: Agrigento, l’héritage crétois
Agrigento, la ville antique est dite fondée par l’architecte grec Dédale, réfugié en Sicile après son évasion du Labyrinthe où il fut enfermé par le roi Minos, furieux de sa trahison qui permit à Thésée de tuer le Minotaure. Quel héritage! Temples à foison dans un paysage méditerranéen qui réchauffe.

Quant à la ville médiévale (très impressionnante), elle est bâtie sur des falaises dominant la vallée des temples. Ville fétiche des frères Taviani, qui s’en inspirèrent souvent dans leurs films, de l’écrivain Leonardo Sciascia, et bien sûr de Luigi Pirandello qui écrivit la nouvelle qui inspira Kaos aux frères Taviani et qui y a sa tombe.
Visite de la Vallée des Temples, une approche de l’art grec et de son subtil mélange d’harmonie et de chaos.
Dîner dans la ville haute.
Deuxième nuit à Agrigento.

Lundi 9 octobre: La romaine villa Casale et …les soufrières de Sicile
Après la Grèce, voici Rome. Mais aussi l’occasion, l’après-midi, de faire la connaissance de la Sicile de l’intérieur, montagneuse, sauvage, prenante. D’abord s’émerveiller de la richesse et de l’inventivité des mosaïques de pavement à la Villa Casale de Piazza Armerina, les plus belles que vous puissiez voir aujourd’hui.

L’opportunité d’apprivoiser la « civiltà romana », son art et ses rapports de filiation et de concurrrence avec les Grecs. Déjeuner sur le site, puis reprendere la route pour découvrir les fameuses soufrières avant de faire halte à Enna, belvédère majestueux, poignant éloge du vide.
Nuit à Petralia Soprana.

Mardi 10 octobre: Petralia Soprana-Cefalù: le centre sauvage de la Sicile
Visite de Petralia Soprana, village perché des Monts Madonie, puis par les petites routes, arrivée le soir à Cefalù, bijou serti par la mer.
Le paysage comme maître d’apprentissage du voir.

Mercredi 11 octobre: Cefalù: un avant-goût de Byzance
Une journée pour laver nos yeux de la culture antique et apprivoiser le Moyen Age. Nous nous rendrons donc à la cathédrale par les ruelles, questionnant ce choix d’un petit port de pêche pour un chantier si prestigieux. Et puis en fin de matinée ou d’après-midi, je ne résiste pas au plaisir de vos montrer le minuscule portrait réalisé par Antonello da Messina, le peintre italien qui « vola » le secret de la peinture à l’huile aux peintres flamands. Du temps libre pour vagabonder, se baigner?
Deuxième nuit à Cefalù.

Jeudi 12 octobre : Monreale
Quitter Cefalù pour l’imposante Monreale le long de la mer par Bagheria, car impossible de ne pas jeter un petit coup d’oeil sur le baroque de la Villa Palagonia, puis s’enfoncer dans l’arrière-pays de Palermo par Marineo, son lac, avant de voir surgir la fière et blanche cathédrale qui domine Palermo.

Arrivée à midi à Monreale, déjeuner et visite de la cathédrale. fondée à la fin du XIIe par Guillaume II de Normandie. Nécropole des rois normands. Extraordinaires mosaïques italo-byzantines, chevet avec des décors inspirés de l’art arabe, portes en bronze de Bonanno Pisano, un mixte est-ouest très caractéristique de cette île où tout le monde a voulu s’implanter. Le Moyen Age fertile et multiculturel de la Sicile. Descente à Palermo en fin d’après-midi. S’installer à l’hôtel.
Dîner et première nuit à Palermo.

Vendredi 13 octobre: Palermo
Vieille princesse assoupie au bord de son port, Palermo sait les secrets du Temps. Un riche passé arabo-normand, les splendeurs aristocratiques du baroque et enfin la ville 19e, plantureuse, une incitation à revoir le Guépard de Visconti. 9h. Début des visites avec la chapelle Palatine du palais des Normands (aujourd’hui siège du Parlement de Sicile) et le couvent de San Giovanni degli Eremiti bâti sur le site d’une mosquée. Déjeuner en ville et approche du baroque sicilien dont l’aura fut telle que les rois de Piémont-Sardaigne iront y pêcher leur architecte le plus audacieux pour la réalisation de leurs palais.
Deuxième nuit à Palermo.

Samedi 14 octobre: Palermo encore et toujours
Place à la peinture à la Galerie nationale de Sicile: le maître du Triomphe de la mort, Antonello da Messina…Préparer en douceur le voyage prochain, dans les Flandres, à la recherche du secret des peintres qui « inventèrent » la captation de la lumière dans la matière picturale.
Déjeuner et après-midi libres. Suggestions : le Liberty à Palermo? les boutiques?
Repas de clôture de notre Aventure du beau et dernière nuit à Palermo.

Dimanche 15 octobre: Palermo-Genève ou Paris
Transfert en début de matinée à l’aéroport de Palerme,
vol Palermo-Genève ou Palermo-Paris par vos soins.

 

Le prix comprend
– l’enseignement et l’accompagnement de Marie Morand
– un accompagnateur français Guillaume Dubois
– les transferts en minibus
– la pension complète du déjeuner du samedi 7 au dîner du 14 octobre inclus, à l’exception du déjeuner du 14
– l’hébergement en chambre double : huit nuits en hôtel 3 étoiles
– les entrées des sites mentionnés dans le programme

Le prix ne comprend pas
– les vols jusqu’à Palermo aller/retour
– les taxes aériennes et surcharge carburant
– le déjeuner du 14 octobre
– les boissons et autres dépenses personnelles
– les frais de dossier : 15 euros par personne
– l’assurance annulation (3,5 % du prix du voyage) ou l’assurance multirisques (4,5% du prix du voyage)

 

Découvrir les témoignages des voyageurs